Revenir à l'accueil Envoyer un email Écrire sur le livre d'or Recevoir les actualités du projet :
Foire aux questions
Carte d'identité
Biologie et écologie
Répartition
Protection & suivi
A l'étranger
En ville
Pour en savoir plus
Actu sur l'espèce
Actu parisienne
Historique
Quelques sites intramuros
Boulogne et Vincennes
Causes de déclin ?
Mesures préconisables
Sources & biblio
Autour de Paris
Autres rapaces nocturnes

 Exploration des autres grandes villes de France
> Comprendre la démarche > Bordeaux > Lille > Lyon > Marseille
> Nantes > Montpellier > Nice > Strasbourg > Toulouse


Par Romain Sordello, en collaboration avec Clément Lemarchand (Association des Écologistes de l’Euzière) ; merci aussi à Pauline Lambrey (Mairie de Montpellier), le 05/07/2013


Deux contacts sont répertoriés sur le territoire de la commune de Montpellier parmi les données de l’association des Écologistes de l’Euzière :

- en février 2011 un individu est entendu puis vu dans le sud de Montpellier à proximité de la nouvelle Mairie de Montpellier,

- en janvier 2013, un mâle est noté dans le nord de Montpellier (secteur de la résidence universitaire Minerve).




Ces deux données sont d’autant plus intéressantes qu’elles ne correspondent pas à des parcs ou jardins publics ; elles sont situées dans des milieux résiduels de zones pavillonnaires. Il faut noter en effet que d’une manière générale, en dehors de l’hypercentre, l’organisation de Montpellier semble caractérisée par un maillage urbain assez lâche constitué de nombreux milieux semi-naturels interstitiels. Cette configuration offre sans doute des possibilités de déplacements à la faune au sein de la ville.


Observation en 2011 à proximité immédiate de la nouvelle Mairie (Source : Association des Écologistes de l’Euzière)


Observation en 2013 à proximité de la résidence universitaire Minerve (Source : Association des Écologistes de l’Euzière)

Hypothèse sur d’autres secteurs pouvant être favorables

Même si aucune donnée ne l’atteste, il est fort probable que la Chouette hulotte fréquente d’autres lieux sur le territoire de Montpellier, comme certains parcs publics ou des espaces moins urbanisés du pourtour de la commune. Au total, la commune compte 48 parcs et jardins, 741 ha d'espaces verts publics dont 412 municipaux et 393 ha d'espaces boisés classés au plan d'occupation des sols.

Le Parc de Lunaret (parc zoologique) par exemple, situé dans le nord de Montpellier s’étend sur 80 ha et possède un caractère fortement boisé. Jouxtant cet espace, se situe également le Bois de Montmaur, un boisement de chêne vert de 27 ha. Ce secteur paraît particulièrement propice à la Chouette hulotte.


Bois de Montmaur. Source : http://www.montpellier.fr

De même, le Parcours de santé de Grammont situé dans l’Est de Montpellier correspond à une zone boisée. Ce parcours de santé s’inscrit dans le Domaine de Grammont qui s’étend sur 90 ha de forêt de cèdres, de bosquets et de prairies fleuries. A noter toutefois que les densités de Chouette hulotte sont toujours moins fortes en boisements de résineux, du fait de ressources (cavités et alimentation) moins importantes qu’en boisements de feuillus. Par ailleurs, sur les 2,5 km du parcours de santé, 1,2 km sont éclairés (Source : http://www.montpelliertriathlon.com), ce qui peut constituer un facteur repoussant pour un rapace nocturne.


Parcours de santé de Grammont.

Dans le centre, la commune compte également plusieurs espaces verts de petite surface tels que le parc de la Guirlande (1 ha), le parc Clémenceau (1 ha), le parc Tastavin (1,6 ha) ou le parc de l’Aiguelongue (1 ha). Ces parcs peuvent jouer un rôle de sites relais en pas japonais au sein du tissu urbain. Compte tenu des capacités d’adaptation de la Chouette hulotte, ils pourraient également pourquoi pas accueillir une reproduction. Pour rappel, à Paris, un couple a niché dans le jardin d’une résidence de 1 500 m² seulement en 2012 (Donnée Romain Sordello).

Enfin, Montpellier est caractérisé par plusieurs demeures construites au cours du XVIIIème siècle. Dénommées des "folies", ces châteaux conçus pour des aristocrates ou de grands bourgeois sont la plupart du temps associés à des domaines boisés. Désormais, ils sont intégrés dans le tissu urbain de la commune. Ils peuvent donc jouer eux aussi un rôle important de refuge dans un contexte très artificialisé, pour des espèces forestières comme la Chouette hulotte. Aucune donnée ne permet de dire cependant si certains de ces parcs sont fréquentés par l’espèce. Parmi ces châteaux on peut citer :
- le château de Flaugergues (3 ha),
- le château de la Mogère (4 ha),
- le château d'Ô (23 ha),
- le château Bon (1,13 ha),
- le château de Méric (12 ha),
- le château de la Piscine (8,6 ha).


Château de la Piscine et son domaine boisé. Source : http://www.jeanmarcpaoli.com/129-avenue-de-lodeve/chateau.html



Liens utiles :
- Association des Écologistes de l’Euzière,
- Pages des parcs et jardins de la Mairie de Montpellier,
- Office de tourisme de Montpellier,
- Histoire et photos de Montpellier,
- Jardins du Languedoc.

Naissance et objectifs
Gouvernance
Références au projet
Ressources
Contribution à un inventaire parisien
Ecologie de l'espèce & comportement en ville
Sites pilotes
Pose et suivi
de nichoirs
Communication et sensibilisation
Collaboration avec les centres de soins
Exploration des autres grandes villes de France
Comment chercher la hulotte ?
Signaler une observation
Si vous trouvez un jeune
Vous souhaitez aider financièrement le projet ?
NOM :
MDP :
Chaine Youtube
      
Moteur de recherche Google :
Rechercher sur :
Traduire le site via Google :
   
   
   
Site internet conçu, créé et édité par Romain SORDELLO | Dernière mise à jour : 16/02/2017 | Mentions légales | Plan du site | Statistiques de fréquentation | Actuellement 2 personne(s) sur le site