Revenir à l'accueil Envoyer un email Écrire sur le livre d'or Recevoir les actualités du projet :
Foire aux questions
Carte d'identité
Biologie et écologie
Répartition
Protection & suivi
A l'étranger
En ville
Pour en savoir plus
Actu sur l'espèce
Actu parisienne
Historique
Quelques sites intramuros
Boulogne et Vincennes
Causes de déclin ?
Mesures préconisables
Sources & biblio
Autour de Paris
Autres rapaces nocturnes

 Chercher et reconnaître la Chouette hulotte
> Généralités > Les contacts directs > Les observations indirectes

> Les contacts visuels :

De fait, l'observation à vue d'un adulte constitue une preuve irréfutable de la présence de l'espèce sur le lieu où elle est observée. Une observation à vue d'un adulte n'est cependant pas suffisante pour confirmer le caractère nicheur de l'espèce sur un site.
De nuit, la Chouette hulotte peut être aperçue posée sur le toit d'un immeuble ou sur une branche voire active en train de chasser. Le lever du jour peut constituer un moment particulièrement proprice pour tenter d'observer une Chouette hulotte, rentrant de sa nuit d'activité.
En journée, la Chouette hulotte peut être aperçue remisée, par exemple dans un arbre à lierre ou contre un tronc d'arbre. En période de reproduction, les adultes peuvent également être observés en activité de jour car les besoins de chasse sont plus importants pour nourrir la famille.

En période d'émancipation, les jeunes peuvent également être visibles, en hauteur ou au sol, et constituent par définition, au delà d'un indice de présence, une preuve de reproduction de l'espèce sur le site.

Dans Paris, les observations à vue restent très rares mais sont possibles. Par exemple, en 2012, un couple de Chouette hulotte ayant effectué une reproduction dans le jardin d'une résidence, les adultes et les jeunes ont été visibles pendant plusieurs semaines, offrant des observations visuelles tout à fait exceptionnelles pour Paris intramuros. D'une manière générale, les contacts visuels sont beaucoup plus faciles dans les bois de Vincennes et de Boulogne où certains individus sont mêmes visibles en permanence au même endroits.


A gauche : Adulte sur un toit à la nuit tombée. Photo Emma Nefzi.
A droite : Jeune en émancipation caché dans la végétation. Photo Romain Sordello.

> Les contacts auditifs :

Un contact auditif constitue également une preuve irréfutable qu'un individu est présent.

Chez la Chouette hulotte, le mâle émet un chant caractéristique. Il s'agit d'un hululement en trois temps "houuuuuuu.....hou...houhouhouhouuuuuuu". Ce chant est souvent entendu dans les scènes nocturnes des films.
Le chant est un moyen de communication et le mâle ne l'utilise donc pas au hasard et sans raison. Le chant peut être émis par un mâle pour courtiser une femelle dans le cas d'un mâle solitaire, pour exprimer sa territorialité auprès d'autres mâles venant sur son domaine vital, pour signaler aux jeunes de l'année qu'il est temps d'aller fonder leur propre territoire ou encore pour communiquer avec sa partenaire (annonce en retour de chasse par exemple).


Chant du mâle. Source : CORIF, 2008. CD "Ecouter pour voir les oiseaux"

Les manifestations vocales de la femelle sont essentiellement des cris et couinements du type "piiwiiiik" même si elle peut émettre aussi certains hululements.


Cris d'une femelle. Source : http://www.xeno-canto.org/

Dans Paris, entendre un mâle chanter spontanément reste rare, surtout de nos jours et constitue de ce fait un moment privilégié. Une hypothèse voudrait que le chant soit moins utilisé en contexte urbain du fait notamment que le besoin des mâles d'exprimer leur territorialité serait moindre en raison de territoires plus strictement délimités et d'effectifs (donc de concurrents) réduits.
Ce type de contact reste néanmoins possible et lorsque cela arrive, les manifestations vocales peuvent même s'avérer longues. Par exemple, en 2012, un mâle a chanté continuellement pendant plus de deux heures dans le parc du Luxembourg (Patrimonio O. & Sordello R., 2012).
Les mâles de Chouette hulotte, de part leur caractère très territorial, réagissent généralement à la "repasse", c'est-à-dire au fait de passer artificiellement le chant du mâle. Le chant peut être produit à l'aide d'un appeau (instrument à vent reproduisant spécifiquement le chant d'une espèce donnée) ou carrément à l'aide d'un magnétophone diffusant un chant réel enregistré. Provoquant l'illusion d'un concurrent pour un mâle déjà présent ou d'un partenaire possible pour une femelle solitaire, la repasse fait réagir les individus présents sur le site. Ceux-ci vont instinctivement se rapprocher voire répondre vocalement (un mâle va chanter ou une femelle va émettre un cri). Cette technique est donc efficace mais elle doit absoluement être utilisée avec parcimonie et même être évitée dès que cela est possible, car elle constitue par définition un dérangement pour les individus présents.

Naissance et objectifs
Gouvernance
Références au projet
Ressources
Contribution à un inventaire parisien
Ecologie de l'espèce & comportement en ville
Sites pilotes
Pose et suivi
de nichoirs
Communication et sensibilisation
Collaboration avec les centres de soins
Exploration des autres grandes villes de France
Comment chercher la hulotte ?
Signaler une observation
Si vous trouvez un jeune
Vous souhaitez aider financièrement le projet ?
NOM :
MDP :
Chaine Youtube
      
Moteur de recherche Google :
Rechercher sur :
Traduire le site via Google :
   
   
   
Site internet conçu, créé et édité par Romain SORDELLO | Dernière mise à jour : 12/03/2017 | Mentions légales | Plan du site | Statistiques de fréquentation | Actuellement 3 personne(s) sur le site